avis sur Duolingo

10 astuces pour ne pas avoir peur de parler anglais

Vous n'êtes pas un robot.  
Vous n'êtes pas qu'un cerveau qui réfléchit. Vous êtes aussi un coeur ... et un corps.

Aujourd'hui, nous allons nous concentrer sur votre coeur
et plus spécifiquement sur : comment apaiser vos peurs de parler anglais et booster votre confiance !

tengyart auEPahZjT40 unsplash
Teng Yart
Vous levez les yeux au ciel ? 
Vous vous dites que pour progresser en anglais, il suffit de bosser et de se donner les moyens ?

Est-ce vraiment si simple que cela ? 

Si cela l'était, les quelques 7 voire 10 années de cours que vous avez suivis auraient dû suffire à ce que vous soyez à l'aise pour toute communication en anglais.

Mais vous êtes, là !
Parmi nous.
Nous qui essayons de trouver des moyens de faire de l'anglais notre allié et pour les plus ambitieux, un plaisir !

Juste un petit exemple pour vous éclairer :
Je commence un stage avec Marie.
Pétrie de trac et de peurs et bloquée professionnellement à cause de son anglais.

Je lui amène un petit texte très simple - mon objectif était qu'elle trouve cela facile. 
Dans la première phrase, il y a le mot "duck" 🦆
Marie est pâle comme un linge et son visage se ferme.
Je commence la lecture des quelques lignes.
Marie 😱 est dans un 😱 état proche😱 de l'ohio😱😱😱
Je termine. 
D'une voix blanche, elle me dit qu'elle n'a rien compris et qu'elle ne comprend pas le mot "duck"
Je ne dis rien et tends le doigt vers le dessin du joli canard col vert qui trône à côté du titre.

Je reprends la lecture au début et lui demande à la fin de chaque phrase si elle est ok. 
Première phrase, elle comprend.
Deuxième phrase, elle comprend.
Et ainsi de suite.
Dernière phrase, elle sourit en découvrant la chute.

Marie avait toutes les connaissances en anglais pour comprendre le texte, mais la peur panique lui a fait complètement perdre ses moyens. 
Et vous, avez-vous expérimenté ce genre de black out en anglais? 
Avez-vous déjà mesuré à quel point vos peurs pouvaient vous inhiber et vous empêcher de progresser ? de prendre la parole en réunion ? ou de demander votre chemin en voyage ?
Allez, je vous propose d'être pragmatique et de voir en 10 points comment changer votre dynamique et avoir moins peur de parler tout simplement. 

Nous commencerons avec 
  • les 4 choses à ne plus faire pour ne plus avoir peur
pour continuer avec
  • 6 astuces pour dominer votre stress de parler anglais
Juste avant que je vous explique tout ça et si vous souhaitez communiquer et lever vos blocages en anglais, je vous recommande vivement de cliquer ici pour récupérer mes 7 clés pour parler et comprendre comme les natifs. 

Pour ne plus avoir peur en anglais, vous allez d'abord arrêter de ...

1 : ... faire les mêmes types d'exercices que ceux du collège

Vous savez les textes à trous dans lesquels il faut mettre le bon verbe
ou encore faire des  listes (de verbes irréguliers, de mots de liaisons, de vocabulaire des vêtements).

A votre niveau, cela ne sert à rien... à part à être bon à mettre des verbes dans des textes à trous. 

Si cela était efficace, vous ne seriez probablement pas en train de lire cet article.
Trêve de plaisanterie, si vous voulez améliorer votre prise de parole en anglais, prenez la parole !
Cela semble idiot de le dire mais pour mieux parler, il faut parler.
Les exercices structuraux (c'est leur nom officiel), vous apprennent une mécanique très, très éloignée de la spontanéité nécessaire dans une discussion.

Je sais que pour vous, comme pour tout le monde, vous dire de parler alors que vous avez peur de parler, ne résout rien au schmilblick.

Mais vous pouvez commencer à expliquer à votre cœur que si votre cerveau a oublié le verbe irrégulier utile à la conversation - alors que vous connaissez la liste par cœur - ce n'est pas que vous êtes nul(le) ou que vous n'avez pas assez bossé.
C'est que l'on vous a enseigné des choses parallèles à la langue anglaise, pas la langue anglaise elle-même. 
Vous voulez dessiner un beau cercle régulier alors que vous n'avez appris qu'à faire des carrés.

Vous n'êtes pas en échec, c'est la façon dont on vous a appris les choses qui vous met en échec (sans vous le dire)
Je suis d'accord, c'est effrayant, après ces années de travail et d'investissement de ne pas être capable de simplement discuter.
Mais vous n'êtes pas responsable ! Vous pouvez à juste titre vous dédouaner de cela... et commencer à, simplement, faire de votre mieux.  

2 : Pour gérer votre peur de parler anglais, arrêtez de vous référer constamment à vos notes à l'école.

Brûlez vos anciens carnets de notes !
Vous n'êtes plus cet adolescent à qui l'on a enseigné un anglais figé dans le temps et qui ne connaissait pas grand chose à la vie.
Vous êtes maintenant une/un adulte riche de multiples expériences, rencontres et réussites.
La base de toute réussite !  

Et plus important encore, vous savez maintenant pourquoi vous devez parler anglais
et vous savez mieux qui vous êtes et ce qui vous convient.

Vous allez donc pouvoir vous construire un chemin de progression qui vous conviendra parfaitement.
Plus vous allez vous écouter et aller vers ce que vous "sentez le mieux", plus vous allez gérer aisément vos émotions dans vos apprentissages.  
Vous ressentirez encore un peu de peur comme à chaque fois que vous sortez de votre zone de confort, mais cette peur sera adoucie parce que cohérente avec vous-même et avec vos choix. 

Ne déléguez plus aux autres et notamment aux profs (dont je fais partie 😉) le pouvoir de vos progrès … ils ne l'ont pas ! 

 3 :   Pour commencer à être assuré en anglais, arrêtez de vouloir que cela soit parfait tout de suite

Ok, donnez-moi un exemple d'un truc que vous avez réussi du premier coup.
Un truc que vous avez appris sur le papier et qui ensuite, quand vous avez plongé dans le bain, était tout de suite parfaitement en place ! 
Moi, j'ai appris à faire le gâteau au chocolat dans mon enfance et même si les trois-quarts sont maintenant super, je les plante encore parfois !

Souvenez-vous à chaque instant qu'il n'est pas possible de tout intégrer en une fois. Ce n'est pas parce qu'on vous a expliqué quelque chose 1 fois que vous l'avez mémorisé.
On estime, en neurosciences, qu'il faut un minimum de 15/20 répétitions pour que cela commence à s'intégrer… alors laissez le temps à votre système d'intégrer ! 
Mais sachez aussi que répéter ne signifie pas simplement "entendre et reproduire", toutes les fois où vous "produirez", direz, articulerez, comptent. 
Peu importe le contexte, c'est la rencontre qui compte. 

Là aussi, ne vous jugez pas selon des critères scolaires ou académiques. Il n'y a qu'une seule question à se poser pour commencer : 
Est ce que vous avez pu accomplir la tâche que vous vous étiez fixée ?

Cela commence parfois, simplement, par :
Est-ce que j'ai bien le café que j'ai commandé ?
Est-ce que j'ai compris le mail de Bob ?
Est-ce que je suis dans le bon avion ? 

Si vous commencez à mesurer ce que vous pouvez faire, vous allez gagner en confiance et ne pourrez que faire de plus en plus, et de plus en plus juste et cohérent. 

 4 : Pour ne plus avoir peur en anglais, inversez la situation

Vous échangez avec un Anglais ...

... qui vous parle en français. Quelle est votre attitude ?
- Vous restez les bras croisés en attendant qu'il finisse sa phrase et en évaluant son niveau de grammaire ? 
- Vous l'accompagnez, lui donnez le mot qui lui manque ? bref, vous vous adaptez ? 

D'après vous, que vont faire la plupart des anglophones que vous allez rencontrer ?

Vous échangez avec un Anglais ...

  ... qui vous parle en anglais et seulement en anglais. 

Petite question : lequel de vous deux réalise une prouesse ?
- celui qui essaie de s'exprimer dans une langue étrangère
- ou celui qui reste tranquilou dans sa langue maternelle et qui ne fait même pas l'effort d'en sortir ? 

Alors arrêtons la dévalorisation et proposons la prochaine fois de tout faire en français... rien que pour voir la tête de celui d'en face !

Observez-vous 

Comment cela se passe-t-il quand vous prenez la parole en français ? 
 - Est-ce totalement fluide ? 
 - Est-ce que vous cherchez vos mots ?
 - Est-ce que vous faites des "heu"? 
 - Est-ce que vous avez toujours le mot qui correspond exactement à ce que vous voulez dire ? 

En anglais, vous faites la même chose, vous cherchez le mot juste, vous commencez une phrase et bifurquez sur une autre. 
Attention à ce que votre niveau d'exigence ne soit pas plus élevé en anglais qu'en français
Au fait et pour complêter le sujet sur lequel nous sommes, connaissez vous les 7 clés  qui m'ont permis de parler couramment l'anglais dès l'âge de 20 ans et d'enseigner dans les plus grandes administrations Européennes

Profitez de cette méthode GRATUITE maintenant et levez vos peurs et vos blocages de parler anglais :

Mes 7 clés pour comprendre et parler comme les natifs anglophones

Maintenant passez à l'action et dominez votre peur en anglais

Astuce 5 : pour avoir moins peur, mesurez tout ce que vous savez... pas ce que vous ne savez pas

   Faisons un peu de maths : 
Si vous avez eu le bac (même avec une très mauvaise note en anglais) et fait quelques années d'études ensuite,
Vous avez eu à peu près 1000 heures de cours d'anglais
vous avez appris, vu, travaillé au moins 7 fois les verbes irréguliers, les règles du Present Perfect, les indénombrables, les modaux...
Au moins 7 profs vous ont fait la blague des "quasi-modaux"...

En gros, vous pouvez parler au présent, au passé au futur, et vous avez au moins 500 mots de vocabulaire ... Ce qui a été suffisant à Trump pour devenir président des Etats Unis.

Bref : 
Vous n'êtes pas débutant !
Vous n'avez pas besoin de tout reprendre à 0 !
Vous n'avez pas tout oublié ! 

A partir d'aujourd'hui, soyez pragmatique :
vous voulez mieux parler en anglais alors entrainez vous à PARLER !
Laissez tomber la grammaire et les règles, parlez !
nondoudiou 😤

Astuce 6 : Parlez tout le temps, c'est l'inconnu qui fait peur !

Parler pour ne plus avoir peur de l'anglais
Parler pour ne plus avoir peur de l'anglais
Quand vous faites la cuisine, décrivez ce que vous faites.
Quand vous faites du repassage, rejouez la scène du film vu la veille.
Vos enfants rentrent du lycée, accueillez-les en anglais.
Au début, vous échangerez 2 mots et puis cela s'allongera.
 
Personnellement, je crois que mon chat ne connait pas ma voix en français.

N'ayez pas honte : 
Vous ne parlez pas tout seul, vous pratiquez votre anglais !
Grâce à cette pratique régulière et sans jugement, sans évaluation ni correction, vous allez vous installer dans la spontanéité. Ce qui vous servira terriblement quand vous serez en pleine conversation avec votre voisin dans un diner du fin fond de l'Oklahoma. 😉

Votre parole ne peut pas sortir comme ça, d'un seul jet sans pratique au préalable !
Alors parlez tout le temps ! et vous aurez moins peur !

Astuce 7 : Faites du brouillon oral et domptez votre peur

Dans la suite de ce qui a été dit ci-dessus,
Préparez-vous aux échéances orales (réunion, présentation, voyage) comme vous prépareriez un rapport.
Jouez et rejouez la situation à haute voix ! 
Cela se passera forcément différemment, mais vous aurez activé une mémoire immédiate et vous n'aurez plus qu'à vous adapter.
Vous n'aurez pas à aller chercher les solutions dans une mémoire lointaine. Impossible quand il faut gérer une réunion. 

En plus, vous vous serez familiarisé avec votre voix en anglais. Vous vous entendrez mieux, vous vous écouterez mieux, vous aurez mieux la main sur votre outil. 

Astuce 8 : Travailler votre prononciation et ne vous sentez plus comme un enfant qui a peur.

Ce ne sont pas tant vos fautes de grammaire qui vont entraver les échanges,
mais bel et bien votre accent français qui peut demander un effort à votre interlocuteur. 

Un exemple très concret : 
Ado, aux Etats Unis, je ne prononçais aucun "h"
et quand je disais "I ave",
ma correspondante, Melissa, ne me comprenait pas !
Melissa n'avait jamais rencontré de Ffrançais avant moi et n'avait pas vraiment pris de cours de français.
Elle ne pouvait donc pas recomposer le mot à partir de ses connaissances des erreurs des Français. 
  Les Anglais britanniques nous connaissent bien et sont familiers avec nos erreurs... Mais qu'en est-il du reste du monde ? 
Et puis, vous verrez à quel point travailler sa prononciation améliore la compréhension ! Je vous laisse lire tous les articles de blog que j'ai fait à ce sujet. 

Astuce 9 : Cherchez-vous un groupe de discussion et levez votre peur par l'échange

Une langue, c'est fait pour communiquer ! et l'usage d'une langue est à 95 % oral.

Plutôt que de prendre des cours dans lesquels vous allez revoir pour la 10ième fois les règles d'usage du Past Perfect,
Allez discuter, tatasser, papoter avec des Anglais, des Français, des Chinois, des Ouzbeks...
 
Entendre les autres va vous rassurer (tout le monde est dans la même galère). Vous allez vous soutenir les uns les autres.
Et puis, le plaisir de communiquer va rapidement dépasser le trac de parler anglais. 

Les groupes sont nombreux, par internet, en face à face, autour d'un verre, ...

Pour les habitants du Maine et Loire, je vous conseille la Bibliothèque Anglophone à Angers. Allez voir leur site, ils proposent des tonnes d'activités !
C'est aussi pourquoi, je vous rappelle que je vous offre GRATUITEMENT ma méthode "7 clés pour comprendre et parler comme les natifs anglophones"
Vous comprendrez enfin pourquoi et comment vous devez changer votre vision de l'anglais et de son apprentissage pour ne plus apprendre mais intégrer l'anglais dans votre vie.

Cliquez sur l'image pour en profiter :

Astuce 10 : Fuyez les  commentaires de vos proches et épargnez vous la peur de leur jugement

Première cause des blocages en anglais : LES REFLEXIONS DES PROCHES !
Notre pire ennemi - je pourrais vous donner des milliers d'exemples !

Certes les commentaires désobligeants des profs, ce n'est pas agréable.
Mais quand les commentaires viennent de quelqu'un pour lequel on a de l'affection, les dégâts sont terribles.
Se croire nul dans le regard de celui/celle qu'on aime est extrêmement douloureux et donc, dans la plupart des cas, totalement inhibant.
Et dans l'autre sens :
Si vous aimez votre femme, mari, fils, fille , grand-père, cousine, ami... et que vous voulez le mieux pour lui/elle, ne commentez pas son anglais, ne rigolez pas et ne donnez pas trop de conseils (à moins que vous soyez qualifié en pédagogie des langues et qu'il vous ait demandé de l'aide),
c'est le meilleur moyen de le faire taire définitivement.

En revanche, vous pouvez partager, jouer, explorer ensemble ! La confiance et le partage est le meilleur gage de réussite. 
Allez, prenez soin de votre petit cœur d'apprenant et BRAVO pour votre persévérance dans cette aventure aux ressorts divers et multiples !
Même pas peur en anglais !
Même pas peur en anglais !
Et je ne vous laisserais pas sans vous rappeler que je vous donne également un coup de main en vous offrant ma super méthode en 7 clés.

Cela vous permettra de "comprendre et parler comme les natifs anglophones" !

Partagez-nous ci-dessous votre expérience avec l'application Babbel quelle que soit les résultats obtenus !
Line Girardeau
Line Girardeau
Cet article a été rédigée par Line Girardeau
Vous avez aimé cet article ? 

Peut-être serez vous intéressé par ces autres sujets
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

avis sur Duolingo